Aller au contenu

Qu’est-ce qu’un avocat doit faire dans le cadre d’une liberté conditionnelle ?

Un homme qui a été condamné doit purger la totalité de sa peine. Mais, pendant sa vie carcérale, son comportement peut lui rendre service. Ainsi, il peut se retrouver libre avant l’heure. Cette procédure n’est rien d’autre que la liberté conditionnelle. Pour bénéficier de cet avantage, certaines conditions sont obligatoires. Quel rôle un avocat peut-il jouer dans cette procédure ? La réponse à cette question se trouve dans la suite de cet article.

Comment avoir accès à la liberté conditionnelle ?

La liberté conditionnelle est une disposition légale qui permet à un détenu de recouvrer sa liberté sans avoir purgé la totalité de sa peine. Pour profiter de cet avantage, il y’a des exigences auxquelles il faut se soumettre. En effet, la première condition pour introduire une demande de liberté conditionnelle est que le prisonnier ait déjà fait plus de la moitié de sa peine. Même ceux qui sont condamnés à perpétuité peuvent aussi profiter de cet atout. Cette mesure n’est possible pour ceux-ci qu’après 18 années de prison.

L’autre condition est en rapport avec les comportements du prisonnier dans le milieu carcéral. Il doit, en effet, à travers ses actes, montrer son désir d’intégrer la société et de respecter les règles de la société. Il doit surtout montrer qu’il est préoccupé par le bien-être de sa famille. Ces éléments doivent transparaitre dans son attitude au quotidien.

Quelle est la responsabilité d’un avocat dans une démarche de liberté conditionnelle ?

La procédure de liberté conditionnelle est assez compliquée. C’est pour cette raison qu’un prisonnier doit se faire accompagner par son avocat dans cette procédure. En effet, la réussite de ce projet dépend de l’avocat. La première chose que ce professionnel doit faire est d’étudier avec son client les alternatives possibles pour garantir sa liberté conditionnelle. Ainsi, après avoir discuté avec son client, il peut lancer la procédure chez le juge. L’avocat est aussi la seule personne qui doit s’occuper des différentes démarches administratives de cette affaire. De plus, son client doit montrer sa volonté d’intégration. Alors, l’avocat est tenu d’apporter les preuves pour appuyer son client. Par ailleurs, il peut lui trouver un projet professionnel afin d’apporter davantage de crédit à la démarche de son client. Ce qui veut donc dire que l’avocat est au centre de la procédure.

Comment faut-il préparer cette procédure ?

La mise en liberté est une procédure assez complexe. Ce qui signifie qu’il faut une bonne préparation pour garantir ses chances. En effet, le juge qui va statuer sur l’affaire doit focaliser sa décision sur les preuves du prisonnier. Pour cela, l’avocat doit préparer son client dès son entrée dans la prison. De cette manière, il adoptera un comportement exemplaire. Lorsque plus de la moitié de la peine est purgée, il doit déterminer avec son avocat, une stratégie pour la réussite de cette procédure. Il faut dire que le comportement est le meilleur moyen dont dispose le prisonnier pour exprimer son changement et son désir d’intégration dans la société. Ce désir doit se constater à travers les projets dans lesquels le condamné est intégré. Il peut s’agir par exemple d’un travail, d’une formation pour une intégration réussie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.