Aller au contenu

Que dit le droit de l’homme par rapport aux violences faites sur les mineurs ?

Malgré l’existence des droits de l’homme sur la protection des mineurs, des cas de violences de tout genre ne cessent de se répéter à travers des actes ignominieux. La déclaration de ces droits a pour objectif principal la protection des enfants contre les multiples violences qu’ils subissent. Il est important de rappeler ce que stipulent ces droits pour le bonheur des enfants.

L’inadmissibilité du travail des enfants

Les droits de l’homme condamnent sévèrement le travail des mineurs. Ces derniers sont encore immatures pour exécuter certains travaux pénibles. En raison de la fragilité de leur ossature, ils ne sont pas en mesure de supporter des poids lourds. Un enfant soumis à des travaux durs et forcés est confronté à une violence ignoble que condamnent les droits de l’homme. Le travail forcé est susceptible d’entrainer le rabougrissement du mineur avec une croissance ratée. Étant mineur, il n’a pas conscience des risques du travail. Ainsi, il sera exposé aux inconvénients de la surexploitation.

Condamnation des violences sexuelles sur les mineurs

En vertu de la protection du genre dans la société, les droits de l’homme interdisent les violences sexuelles que subissent les mineurs. Il est inacceptable qu’une enfant soit l’objet d’un viol vis-à-vis des droits qui lui sont réservés sur ce plan. Étant un être à part entière, il a besoin de jouir d’une vie sexuelle épanouie, il ainsi est inadmissible que le mineur soit violé. Les droits de l’homme condamnent jusqu’à la dernière rigueur cet acte déshonorant qui rétrograde le statut des enfants dans la société. Les violences sexuelles sont une séquelle qui marque les enfants durant toute leur vie.

Punir les enlèvements

Dans certaines sociétés, l’enlèvement des enfants est un acte très fréquent qui ne suscite pas la crainte chez les pratiquants. Or, selon la déclaration universelle des droits de l’homme sur les violences faites aux enfants, tout enfant a droit de grandir dans une société qui assurera sa protection. L’enlèvement est un acte qui va à l’encontre de l’idéologie des droits de l’homme. Ainsi, tout individu suspect d’un quelconque enlèvement à l’égard des mineurs est passible d’un emprisonnement après avoir comparu devant la justice. Car, il c’est un acte avilissant qui mérite une sanction qui sera à la hauteur de la faute commise.

Lutte contre le recrutement des enfants dans l’armée

Les droits de l’homme interdisent irréfutablement aussi le recrutement des mineurs dans l’armée. Certains pays obligent les enfants à tenir les armes en cas de conflits armés. Pour cela, une limite d’âge a été fixée pour recruter un individu dans l’armée. N’ayant pas une connaissance large dans le secteur, les mineurs ne sont en aucun cas éligibles pour supporter un conflit armé.  Au contraire, ils se livreraient comme une proie dépourvue de force pour fuir son prédateur. Les gouvernements politiques qui pratiquent cet acte sont tenus responsables des inconvénients qui en découleraient.

Interdiction des meurtres

Les mineurs sont également confrontés de plus en plus au cas des meurtres. Une pratique déshumanisante que condamnent les droits de l’homme. En effet, ces derniers stipulent le droit à la vie de tout enfant qui nait au sein d’un groupe d’individus. Cette violence inhumaine empêche les mineurs de jouir pleinement de leur droit à la vie. La vie est un don très cher qui ne saurait être enlevé, quelle que soit la raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.